Carte grise : comment la décrypter

Carte grise : comment la décrypter

Également appelé certificat d’immatriculation, la carte grise est le principal document d’identification d’un véhicule. Il lui donne la permission de circuler librement sur la voie publique. Ce papier comprend plusieurs champs consacrés aux informations sur le propriétaire et divers renseignements techniques et fiscaux.

Les identifications dans la carte grise

Le champ des identifications comprend les rubriques A, B et F. Vous pouvez lire une carte grise à partir de ces lignes. Elles commencent par le numéro d’immatriculation (A) ou plaque minéralogique enregistré au système SIV avec le format AA-435-BB. Puis, il y a la date de la mise en circulation (B). Ces renseignements sont directement suivis par les civilités du propriétaire (C) de la voiture ou la moto. Le nom, le prénom et l’adresse figurent sur ce champ. Il est possible que plusieurs personnes soient cotitulaires d’une même auto, notamment suite à un héritage. En tout cas, les détails devraient correspondre sur ce qu’il y a sur le certificat de cession lors de la vente.

Les numéros et les détails sur le véhicule

Toutes les informations générales sur la voiture/moto se trouvent au champ D qui a plusieurs subdivisions. La marque véhicule (D1) est écrite en toutes lettres à cet endroit. La nomenclature officielle de son modèle est également précisée à cette place. D’autres sous-rubriques (D1-Dn) portent sur le code d’identification national et la dénomination commerciale. Puis, il y a le VIN de l’automobile. À ne pas confondre avec ce qu’il y a sur la plaque minéralogique il s’agit du numéro de série. Composé de 17 caractères, ce code constitue le champ (E).

Renseignements sur le poids de la voiture et la charge

La rubrique F est consacrée aux informations pondérales. F1 donne le PTAC. C’est le poids total une fois l’auto chargée. La valeur en kg devrait être respectée lorsque la voiture est en ordre de rouler. F2 correspond à la masse à vide du véhicule. Si ce dernier peut tracter une remorque, le poids maximum figure en F3. Le champ G revient sur ces renseignements. Il s’agit surtout d’un passage indispensable pour les utilitaires et poids lourds. D’ailleurs, ces informations devront être écrites sur la carrosserie.

À propos de la puissance et de la motorisation

La lettre P comme puissance est primordiale dans la carte grise. Ce champ donne le rendu énergétique de la voiture. Il est dispatché en plusieurs sous-rubriques. P1 indique la cylindrée totale. C’est le volume de la chambre à combustion. Aucune modification technique ne devrait changer ce chiffre qui peut également être traduit en litre. La puissance nette maximale est inscrite en P2. Elle s’écrit en kilowatts (kW). 1 cheval vapeur équivaut à 0,736 KW. Le type de carburant se trouve aussi dans cette partie de la carte grise. P3 peut préciser qu’il s’agit d’une motorisation à essence ES ou diésel GO.

Le champ de la fiscalité

Toujours dans la rubrique P, la puissance administrative nationale est indiquée en chevaux fiscaux. Abrégée en CV, cette valeur sert de base de calcul pour la taxe à l’immatriculation. La formule : Pa = (CO2/45) + (P/40) x 1,6 s’applique sur le territoire national. CO2 correspond au taux d’émission de gaz carbonique. Le rapport puissance et masse peut aussi intéresser. La rubrique Q est consacrée à ce paramètre. La suite de la carte grise aide à demeurer dans la légalité. S donne le nombre de places à bord. U1 équivaut au degré sonore et U2 le tour moteur maximum. Le reste parle de visite technique et d’autres détails.